Champs et jardins scolaires + panneaux solaires

Burkina Faso
Date du début
2007

État du projet
Actif

Bénéficiaires
Les enfants scolarisés, leurs familles et la population rurale

PARTENAIRES LOCAUX
  • AOREP, Afrique et Moyen Orient
  • Afrique et Moyen Orient section Burkina Faso , Reconnue d’utilité publique par le Gouvernement du Burkina Faso
  • Association des Parents d’élèves (APE)
  • Associations des mères éducatrices (AME)
  • Comité Villageois de Développement (CVD)
  • Conseil des Maîtres (CM)
  • Direction Provinciale de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation (DEPEBA)
  • Direction Provinciale de l’Environnement et de Cadre de vie (DPECV)
  • Direction Provinciale de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale (DPASSN)
 Fonds
  • Cancelleria di Stato
  • Epsilon Italia
  • Fondi AOREP
  • Banca Gesfid di Lugano
  • Fondazione atDta
  • Lyceum Club di Lugano
  • Ospedale del Giocattolo di Lugano
  • Associazione La Nuova Terra
  • Associazione Amici Di Padre Mantovani
  • Città di Lugano
  • Frankie Bear Foundation
  • Comune di Bioggio
  • Fondazione Margherita
  • Fondazione Del Don
VILLAGES EN BREF
  • 2019/2020 PIMLIMPIKOU E GOMPONSOM
  • Kibilo, 2018
  • Tilba, 2017
  • Boki 2016
  • Fallou, 2015
  • Boussia, 2015
  • Kounkané, 2013
  • Bassi, 2012
  • Kolkom, 2012
  • Koulwéogo, 2011
  • Niésséga, 2011
  • Dana, 2010
  • Pallé, 2009
  • Ganzourou, 2009
  • Bingo, 2008
  • Saye, 2007

Le village de Pilimpikou est situé à 40 km de YAKO, chef-lieu de la province du Passoré. Sa population est estimée à 17’306 habitants.
Le village de Pilimpikou dispose d’un point d’eau (un forage) important non loin de l’école permettant ainsi, aux élèves d’avoir accès à l’eau pendant la saison sèche et d’assurer des activités de contre saison « d’octobre à avril ».
En outre le village a ouvert en 2010, une école de trois classes construites en béton et récemment une quatrième classe en paillotte pour accueillir les nouveaux élèves. L’école a un total de 315 élèves. Le taux de scolarisation chez les jeunes est de 49%.
Le village de Pilimpikou n’a pas accès à l’éclairage : toute la population, en effet, utilise des lampes à pétrole ou des bougies. Pour cette raison, comme précédemment pour les autres villages qui ont bénéficié de l’initiative "Champs et jardins scolaires", il est prévu de fournir l’école de panneaux solaires.
Pilimpikou a reçu les fonds pour la réalisation du projet de la part de la Fondation Margherita pour un montant de CHF 5'000. - Le solde des CHF 5'568.80 nécessaires est constitué des fonds AOREP.
Le village de Gomponsom est situé à 20 km de Yako, chef-lieu de la province du Passoré. Sa population est estimée à 8’230 habitants.
Le village de Gomponsom dispose d’un point d’eau (un forage) important non loin de l’école permettant aux élèves d’avoir accès à l’eau pendant la saison sèche et d’assurer des activités de contre-saison (d’octobre à avril).
En outre le village a ouvert depuis octobre 2013, une école de trois classes accueillant 175 élèves. Le taux de scolarisation chez les jeunes est de 40%.
Le village de Gomponsom n’a pas l’accès à la lumière, toute sa population vit avec des lampes à pétrole ou les bougies. Pour cette raison, comme précédemment pour les autres villages qui ont bénéficié de l’initiative "Champs et jardins scolaires", il est prévu de fournir l’école de panneaux solaires.
La Fondation Del Don a soutenu le projet pour un montant de CHF 5'060. - Le reste des CHF 5'249.70 proviennent de fonds AOREP.
Le village de Kibilo est situé à 15 km de Gourcy, chef-lieu de la province de Zondoma. Sa population est estimée à plus de 3'000 habitants. Depuis 1987, le village de Kibilo a une école de six classes. Le projet a commencé en avril 2018 et a été financé par deux particuliers pour un montant de CHF 6'048.06. L’école accueille 544 élèves. À l’intérieur l’enceinte de l’école, se trouve puits de grand diamètre où les élèves peuvent avoir accès à l’eau potable. Le puits assure également des activités du jardinage pendant la saison sèche.
Le village de Tilba est situé à 20 km de Gourcy, le fait partie du village de Bassi chef-lieu de la province de Zondoma. La population estimée à plus de 1'000 habitants. Depuis 2003, Tilba a une école comprenant trois classes en 2017. Le village a eu le soutien pour réaliser l’initiative "champs et jardins scolaires plus un panneau solaire" pour éclairer l’école par la Commune de Bioggio pour un montant de CHF 4'125 en décembre 2016, tandis que le reste des CHF 5'500 nécessaires pour achever le projet a été versé par deux membres d’AOREP. Les travaux à Tilba ont commencé en Janvier 2017. Le village de Tilba dispose d’une source d’eau (un formage de grand diamètre) près du bâtiment scolaire qui permet ainsi aux élèves d’avoir accès à l’eau pendant la saison sèche et d’assurer les activités de contre-saison.  L’école accueille 214 élèves pour l’année scolaire 2019/20.
Le village de Bokin est situé à 20 km de Gourcy, chef-lieu de la province de Zondoma. La population de Bokin avec les villages voisins est estimée à 11'354 habitants. L’école a été ouverte en 2012 et comprend trois classes qui accueillaient 150 élèves en 2016. L’école de Bokin a bénéficié la même année du soutien au projet "champs et jardins scolaires plus un panneau solaire" de la part de la Fondation atDta pour un montant de CHF 5'500. En 2016 installation du panneau solaire dans l’école 2016, qui permettra :
Aux élèves d’étudier le soir, aux enseignants de corriger, à la population de se réunir le soir et enfin, la lumière pourra également être utile pendant l’accouchement des femmes du village, étant donné qu’à l’heure actuelle, si cet événement se produit dans les heures nocturnes, ils sont utilisés
Il villaggio di Bokin è situato a 20 km da Gourcy, capoluogo della provincia di Zondoma. La popolazione di Bokin con i villaggi confinanti è stimata a 11'354 abitanti. La scuola è stata aperta nel 2012 e comprende tre classi che nel 2016 accoglievano 150 allievi. La scuola di Bokin ha beneficiato lo stesso anno del sostegno al progetto “campi e orti scolari più un pannello solare” da parte della Fondazione atDta per un ammontare di CHF 5'500.
L’installation du panneau solaire dans l’école afin de permettra:
Aux élèves d’étudier le soir, aux enseignants de corriger, à la population de se réunir le soir et enfin, la lumière pourra également être utile pendant l’accouchement des femmes du village, étant donné qu’à l’heure actuelle, si cet événement se produit dans les heures nocturnes, des bougies ou des lampes à gaz sont utilisées, ce qui entraîne des problèmes et des risques.
Le village avait un puits d’eau pluvieuse peu profond, creusé manuellement, le grand puits est très loin du centre du village et de l’école.
En 2019, à la suite d’études de faisabilité, la Fondation atDta a financé pour un montant de CHF 10'000, les travaux pour la fourniture d’eau potable, la construction de conduites d’eau et l’installation d’un château d’eau pour le village, l’école et les villages voisins.
Le village de Fallou est situé à 10 km du département d’Arbollé et à 38 km de chef-lieu de la province de Passoré. Sa population est estimée à 2'125 habitants. L’école du village ouverte depuis 1996 avec trois classes, et 241 élèves. Le projet champs et jardins scolaires a été financé en 2015 par Frankie Bear Foundation, pour un montant de CHF 5'000. En 2018, AOREP a installé fin décembre 2018 un panneau solaire dans l’école afin de permettre aux élèves d’étudier, aux enseignants de travailler, aux parents de se réunir le soir et aux femmes d’accoucher la nuit sans risque. Le panneau solaire a été donné par deux membres d’AOREP pour un montant de CHF 956.80 .
Le village de Boussia est situé à 20 km de Gourcy et fait partie du département de Bassi, chef-lieu de la province de Zondoma. Sa population est estimée à 1’100 habitants. Le projet champs et jardins scolaires a été financé en 2015 par la Chancellerie d’État du Canton du Tessin pour un montant de CHF 3'000, tandis que le reste des CHF 4'961 ont été fournis par des membres AOREP et des particuliers. Depuis 2015, le village bénéficie également du projet "élevage de poules". Le village de Boussia possède une importante source d’eau non loin de l’école, qui permet aux élèves d’avoir accès à l’eau pendant la saison sèche et de garantir des activités de contre-saison. En 2017, grâce au don de deux membres d’AOREP, il a été possible d’installer un panneau solaire pour éclairer toutes les classes, pour un coût total de CHF 1'015.14.  L’école est fréquentée dans l’année scolaire 2019/20 par 242 élèves.
Le village de Kounkané est situé à 14 km de Yako, qui est le chef-lieu de la province de Passoré. Sa population est de 860 habitants. L’école de Kounkané est active depuis 1958. Il a pu bénéficier du projet grâce au soutien de la Ville de Lugano avec CHF 2'500 et le restant de deux donations privées de CHF 2'442 pour un total de CHF 4'942. En 2013, l’école comptait trois classes composées de 153 élèves. Kounkané a bénéficié en 2015 de l’installation d’un panneau solaire qui éclaire deux classes, la direction et le couloir pour un montant de CHF 1'309.73 et du développement depuis 2016 du projet "élevage de poules". L’école est fréquentée dans l’année scolaire 2019/20 par 189 élèves
Le village de Bassi est situé à 20 km de Gourcy, chef-lieu de la province de Zondoma. Sa population est estimée à 10'012 habitants. Le village de Bassi dispose d’une importante source d’eau non loin de l’école, qui permet aux élèves d’y accéder pendant la saison sèche et d’assurer les activités de contre-saison. L’école existe depuis 1958, elle a six classes. En 2012, la Fondation Epsilon Italia a financé directement (en versant le montant de 7'500 euros au compte d’AOREP Burkina Faso) les villages de Bassi et de Kolkom pour démarrer le projet Champs et jardins scolaires.  Le village a également bénéficié en 2012 de l’installation d’un panneau solaire grâce au don de l’association La Nuova Terra de CHF 1'040 et du développement depuis 2016 du projet "élevage de poules". Financé par la Fondation Herrod en 2018. L’école est fréquentée dans l’année scolaire 2019/20 par 410 élèves.
Le village de Kolkom est situé à 40 km de Gourcy, chef-lieu de la province de Zondoma. Sa population est estimée à plus de 1’000 habitants.   En 2012, la Fondation Epsilon Italia a financé directement (en versant le montant de 7'500 EUR au compte d’AOREP Burkina Faso) les villages de Kolkom et de Bassi pour démarrer le projet champs et jardins scolaire.
La population de Kolkom était particulièrement touchée par le problème de la pénurie d’eau potable : dans le village, en effet, il n’y a qu’un seul point d’eau qui dessert toute la population. Pendant les saisons sèches, les femmes et les élèves de l’école passent une grande partie de la journée en queue pour recueillir quelques gouttes d’eau et pendant la saison des pluies les habitants prélèvent l’eau des mares. Grâce au soutien de la Fondation atDta pour un montant de CHF 9'755- et un don de deux membres d’AOREP pour un montant de CHF 2'357- pour un total de CHF 12'112- il a été possible donc, de creuser le puits, construire les canalisations et installer la pompe pour le village de Kolkom.
En 2016, grâce au soutien de deux membres d’AOREP, il a été possible d’installer un panneau solaire pour éclairer toutes les classes, pour un coût total de CHF 1'015.14. L’école a ensuite été réhabilitée en 2017 car elle risquait de s’effondrer. AOREP a financé la moitié du coût  pour un montant de CHF 1'904.39, tandis que la municipalité de Boussou a couvert l’autre moitié. L’école accueille 186 élèves pour l’année scolaire 2019/20.     
Le village de Koulwéogo, chanceux du point de vue hydrique (situé à proximité d’un barrage), est situé à 55 km de Yako, chef-lieu de la province de Passoré. Sa population est estimée à environ 3'800 habitants. L’école de Koulwéogo a été ouverte en 1984 et se compose de trois classes. Elle a commencé le projet champs et jardins scolaires en juin 2011 avec le soutien de deux membres d’AOREP pour un montant de CHF 5'869.  Le village a bénéficié de l’installation d’un panneau solaire en 2014 grâce à la collecte de fonds entre les membres AOREP de CHF 1'040 et du développement depuis 2015 du projet "élevage de poules".  L’école est fréquentée dans l’année scolaire 2019/20 par 275 élèves.
Niésséga est située dans la province de Passoré, à 10 km de Gourcy, et sa population est de 12'102 habitants. L’école de Niésséga a été ouverte en 1961. En 2011, l’école a bénéficié du projet champs et jardins scolaires, initié grâce au soutien de la Fondation Epsilon Italie pour un montant de CHF 12'932.20.
  • En outre, une classe élémentaire spéciale a été créée pour permettre aux grandes filles de bénéficier de la scolarisation appelée deuxième chance.
  • La pompe du puits a été remplacée.
En 2017, grâce au don de deux membres d’AOREP, il a été possible d’installer un panneau solaire, pour un coût total de 998.50 CHF. L’école est fréquentée par 468 élèves pendant l’année scolaire 2019/20.

Le village de Dana est situé à 20 km de Arbolléet à 60 km de Yako. Dana est le chef-lieu de la province de Passoré. Sa population dépasse les 9’000 habitants répartis dans 7 quartiers. L’école de Dana a été ouverte en 1999. En décembre 2010, l’école de Dana a bénéficié du projet champs et jardins scolaires grâce au soutien de l’Association Amici Di Padre Mantovani avec CHF 4'750 et CHF 3'484 d’un don privé pour un total de CHF 8'234. Un panneau solaire a pu être installé en 2012 grâce au don de CHF 1'040 de la société ELANTINA
Le village de Pallé est situé à 90 km de Gourcy.  Est chef-lieu de la province de Zondoma. Sa population est estimée à 8'895 habitants. L’école de Pallé se trouve dans une zone difficile à atteindre où les "routes" changent selon la possibilité de parcours. L’école en 2009 était composée de cinq classes. En décembre 2009, la Fondation Epsilon a soutenu le projet des champs et jardins scolaires pour un montant de CHF 7'784.45 pour l’achat de matériel agricole et de semences, d’aliments en attente de la première récolte et de la formation en différentes techniques agricoles de la part d’un technicien agronome. En 2010, une pompe manuelle nécessaire à l’extraction de l’eau du puits a été achetée grâce à un don privé de CHF 1'084. L’école a bénéficié en 2013 du soutien de la Fondation Epsilon pour la construction d’une nouvelle salle de classe à deux classes coûtant CHF 12'714.15.  La même année, un panneau solaire a été installé grâce au don de deux membres d’AOREP avec CHF 776.40. Depuis 2017, le village bénéficie également du projet "élevage de poules". En 2018, la Fondation Epsilon a comblé une carence dans l’école en fournissant du matériel scolaire, didactique et 40 bancs pour les élèves pour un montant de CHF 2'843.25. Pallé a toujours eu la plus grande récolte parmi tous les villages bénéficiant du projet.  Pour l’année scolaire 2019/20, l’école accueille 567 élèves.
L’école du secteur no 3 de Ganzourou est située à 2 km à l’est de la commune de Gourcy. L’école a commencé son activité en 1977. En 2009, il comptait 6 classes. En 2009/2010, AOREP a soutenu l’école de Ganzourou par la création d’un potager d’une superficie de 750 m² pour la production agricole grâce à un membre d’AOREP avec un montant de CHF 1'603. En 2010, l’école a bénéficié de l’initiative hygiène et éducation environnementale (relative à la pratique du lavage des mains et au respect de l’environnement) qui a demandé CHF 810. - donnés par un membre d’AOREP. Une salle de classe a été construite en 2012. pour un montant de CHF 7'471.35 provenant de membres d’AOREP.
L’école dispose d’un puits avec une pompe manuelle fonctionnant pour le ravitaillement en eau.
L’école dispose également d’une cantine.
AOREP a installé fin décembre 2018 un panneau solaire à l’école afin de permettre aux élèves d’étudier, aux enseignants de travailler, aux parents de se réunir le soir et aux femmes d’accoucher la nuit sans risque. Le panneau solaire a été donné par deux membres de l’AOREP pour un montant de CHF 956.80. L’école accueille 510 élèves pour l’année scolaire 2019/20.
Le village de Bingo est situé à 10 km de Arbollé et à 40 km de Yako, chef-lieu de la province de Passoré. Sa population est estimée à 13’000 habitants. Bingo dispose d’un barrage distant d’un 1 km de l’école, qui permet à la population d’avoir accès à l’eau en période sèche de l’année et de réaliser des activités de contre-saison. L’école de Bingo se trouve à 45 km de Gourcy et est accessible en environ deux heures. L’école de Bingo a été ouverte depuis 1994, avec trois classes.
Les fonds pour cela le projet Champs et jardins scolaires ont été alloués par : CHF 5'000. - de la BANCA GESFID de Lugano, CHF 1'500 de LYCEUM CLUB Lugano et CHF 930 de la pêche solidaire organisée par AOREP le 22 décembre 2008, auprès de la MIGROS de Lugano Centro qui a offert l’espace et avec la gracieuse donation d’objets de l’Hôpital du Jouet.
  • En 2008, les membres de la section Burkina Faso de l’AOREP ont mené une campagne de sensibilisation aux maladies sexuellement transmissibles et au Sida dans plusieurs villages.
  • En 2009, la fondation Epsilon a financé la réparation de la pompe du puits à CHF 1'020.
  • AOREP a installé en 2018 un panneau solaire dans l’école afin de permettre aux élèves d’étudier, aux enseignants de travailler, aux parents de se réunir le soir et aux femmes d’accoucher la nuit sans risque. Le panneau solaire a été donné par deux membres d’AOREP pour un montant de CHF 955.08. L’école accueille 480 élèves pour l’année scolaire 2019/20.
Saye a été le premier village à bénéficier du projet champs et jardins scolaires en ouvrant le voie à une initiative qui, au fil des ans, a couvert plusieurs localités dans le nord du Burkina Faso.  Saye est situé dans le département de Bassi, province de Zondoma. Il est situé à 20 km nord-est de la capitale du chef-lieu, Gourcy, sa population estimée à plus de 7’500 habitants. L’école de Saye a été ouverte en 1984. Le projet a été financé par la Chancellerie d’État pour un montant de CHF 7'500. : L’école dispose d’un bosquet et d’un terrain cultivable et utilise deux puits bien alimentés qui permettent une production horticole importante pendant la saison sèche.
En 2019, deux membres d’AOREP ont financé l’installation d’un panneau solaire à l’école pour permettre aux élèves d’étudier, aux enseignants de travailler, aux parents de se réunir le soir et aux femmes d’accoucher la nuit avec la lumière sans risque.
Pour l’année scolaire 2019/20, l’école accueille 430 élèves.

Contexte
Conditions sociales des villages dans le nord du Burkina Faso
Les élèves ne mangent pas assez et sont pour la plupart en condition de carence alimentaire. Certains habitent même à quatre (3) km de l’école. Les parents sont pauvres et ne peuvent pas, de ce fait, envoyer leurs enfants à l’école tout en les assurant le matériel scolaire et l’alimentation. Ils préfèrent alors tenir leurs enfants comme main-d’œuvre dans les champs ou à ne rien faire.
La couche de la population qui subit le plus l’insuffisance alimentaire est celle des enfants dont l’âge est compris entre 0 et 6 ans, et les femmes. L’école ne dispose pas d’une cantine scolaire suffisante pour garantir à ces élèves une alimentation adéquate. Plusieurs sont ainsi obligés d’abandonner l’école.
En outre, l’insuffisance des pluies qui sont entre autres mal réparties tout au long de l’année et le changement climatique ces dernières années constituent un problème constant et cyclique qui se répète avec des "inondations et/ou des sécheresses" et mènent à la destruction des récoltes.
La sécheresse frappe non seulement les villages du nord du Burkina Faso, mais toute la région sahélienne, menaçant ainsi la vie des personnes et du bétail. Champs et jardins scolaires est une initiative visant à créer les conditions de base permettant aux enfants des villages de se nourrir et de participer à la formation scolaire primaire.

L’agriculture et l’élevage
Les populations de ces zones s’occupent principalement de l’agriculture qui se déroule de mai à septembre pendant la période des pluies, l’horticulture est pratiquée d’octobre à avril. L’élevage est une autre activité génératrice de revenus pour la population, mais elle dépend aussi de la fréquence des pluies.
Comme on l’a noté, toutes les activités dépendent des pluies, dans un climat désertique comme celui du nord du Burkina Faso, où sont situés tous les villages concernés par l’initiative, les précipitations sont insuffisantes, le sol est aride, ces facteurs freinent le développement économique dans sa totalité.
Le système Zaï permet une forme d’agriculture de précision, en augmentant l’efficacité dans l’utilisation de l’eau et des engrais. En conséquence, la production de biomasse et les rendements des cultures sont meilleurs. En août, la construction des diguettes ou les demies-lunes en suivant les courbes du terrain. Grâce à ces diguettes, l’eau de pluie reste dans le sol et s’infiltre progressivement au lieu de se disperser.

Description di projet
L’objectif de ce projet est le renforcement et l’accroissement de l’alimentation dans les cantines scolaires et l’enseignement d’activités agricoles (Champs et jardins) aux élèves avec l’implication et le soutien des familles et des enseignants.
L’activité principale consiste dans le démarrage, l’entretien et la consolidation des champs et des jardins scolaires (souvent en concomitance avec d’autres projets tels que des panneaux solaires, des puits, des salles de classe, des dispensaires, etc.)
Les résultats escomptés sont l’accroissement de l’indépendance des écoles, l’implication et la sensibilisation de la population, l’augmentation du taux de scolarisation, une plus grande responsabilisation des étudiants.
Grâce à cette initiative, ont émergé au cours des années divers besoins communiqués par les populations des villages : le creusement de puits, la rénovation des pompes, la construction de salles de classe, la rénovation d’écoles, la construction d’un dispensaire ou de panneaux solaires, etc. Ces besoins sont tous liés au projet auquel AOREP a tenté de faire face.

Objectifs spécifiques
  • Soutenir les besoins nutritionnels des enfants
  • Promouvoir l’autosuffisance alimentaire dans la localité et donc leurs conditions de vie
  • Soutenir la création d’une cantine scolaire
  • Augmenter le taux de scolarisation des garçons et surtout des filles, qui sont souvent déscolarisées à cause des mariages précoces
  • Motiver les parents à la scolarisation de leurs enfants
  • Favoriser la scolarisation dans les zones rurales
  • Former sur les différentes techniques de production agricole : Zaï, constructions des diguettes, et demi-lunes (voir fiche technique)
  • Responsabiliser la population bénéficiaire
 Ativités
  • Sensibilisation de la population
  • Formation des personnes responsables
  • Préparation du champ de céréales comme le maïs, le millet, les haricots et les arachides
  • Préparation du potager pour l’ensemencement des choux, oignons, tomates, concombres, etc. Le jardin sera travaillé par les élèves et les maîtres avec l’appui du technicien agronome. Le jardin potager servira entre autres comme laboratoire d’apprentissage et d’expérimentation pour les leçons d’agriculture, de mathématiques et de sciences.
  • Suivi et conseils seront donnés par l’agent technique agronome.
  • Accompagnement, suivi et évaluation sont fournis par AOREP
AOREP sensibilise et soutient les activités agricoles, dans différents villages, en créant les conditions techniques (puits, pompes, semences, outils de traitement), structurelles (équipement des écoles, constructions de classes, etc.) et les formations qui en résultent (techniques agricoles, formations agronomiques, techniques Zaï, diguettes et demi-lune) impliquant directement les familles, les enseignants et les enfants; En outre, dans tous les projets, on fournit l’alimentation pour la cantine scolaire jusqu’à ce que le village puisse avoir ses premières récoltes.
Grâce à cette typologie d’interventions, on parvient à créer une union entre besoins primaires d’alimentation et besoin de formation, en surmontant les résistances de nombreux adultes qui voyaient l’école comme "bras retirés au travail "et même en la percevant comme une aide importante dans la subsistance des familles.
Une fois dans le contexte et le projet champs et jardins scolaires, est activé, en ce moment en relation aux exigences locales et aux priorités qui émergent dans le temps, on étudie des éventuels autres typologies d’interventions - aides, comme le creusement d’un puits, l’installation d’un ou plusieurs panneaux solaires et la construction d’une ou plusieurs salles de classe.

Faisabilité
Conditions de base disponibles : tous les villages ont fourni le terrain sur lequel se déroulent, les activités agricoles, les écoles ont fourni le fourrage et la fosse à fumée. En outre, la main-d’œuvre est constituée gratuitement par les parents.

Développements
Dans les années d’autre activités parallèles ont été réalisées :
  • La remise des prix annuels aux directeurs des écoles qui a été remplacée par la remise des prix aux meilleurs élèves individuels et enfin par la sélection des deux meilleurs élèves de chaque école pour participer à la colonie de vacance “ Tribune Jeunes ". Ce changement est dû au fait que les directeurs changent d’école souvent et emportent avec eux le matériel reçu. En récompensant les élèves individuels, on leur donne la possibilité de faire des expériences et de nouvelles rencontres avec leurs pairs est plus enrichissant.
  • Tous les villages reçoivent chaque année un soutien en engrais et semences de la part d’AOREP pour continuer les activités dans les champs et jardins scolaires, grâce en partie à la vente des cartes solidaires.
  • Tous les villages impliqués dans le projet reçoivent du gouvernement des céréales et d’autres denrées alimentaires en complément de la récolte eu.
  • Depuis 2011, AOREP s’engage à équiper tous les villages qui bénéficient du projet "Champs et jardins scolaires" d’un panneau solaire. Aujourd’hui, tous les villages possèdent un panneau solaire.
  • Depuis que AOREP opère dans ces villages, le taux de scolarisation a augmenté et la situation alimentaire et sanitaire des enfants s’est améliorée.
Au total, 16’042 enfants ont bénéficié jusqu’à présent de cette initiative.
AOREP prévoit d’étendre le projet "Champs et jardins scolaires" à tous les villages intéressés du nord du Burkina Faso.
Gallery
Merci pour votre don
Crédit Suisse, Lugano, Svizzera

CHF: BIC: CRESCHZZ80A, No Clearing: 4835, 
IBAN: CH87 0483 5048 37 46 5100 0

EUR: BIC: CRESCHZZ80A, No Clearing: 4835, 
IBAN: CH53 0483 5048 37 46 5200 0
MERCI POUR
VOTRE DON
X
i
Questo sito utilizza cookie, anche di terze parti. Chiudendo questo banner o continuando la navigazione si accetta l'uso dei cookie. Per maggiori informazioni o per disabilitare, in tutto o in parte, i cookie consulta la nostra Informativa cookie
ACCETTA