Le Mali
Etat
Le Mali est un état de 1.240.142 km² sa population est estimée à environ 21 millions d’habitants selon les dernières statistiques de 2019 (populationdata.net), sa capitale est Bamako. Le Mali fait partie de l’Afrique de l’Ouest et est situé à l’intérieur et sans accès à la mer.
Le Mali est bordé au nord par l’Algérie, à l’est par le Niger, au sud par le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, au sud-ouest par la Guinée et à l’ouest par le Sénégal et la Mauritanie.
Son territoire, pour la plupart plat, est constitué au nord par désert et au sud par savane. Le Mali est l’un des pays les plus pauvres au monde selon l’indice de développement humain du programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 2019 il occupe la 184ème position sur 189 pays, et la majorité de la population - 77% - vit avec moins de deux dollars par jour. La mortalité infantile est très élevée, mais malgré cela, près de la moitié de la population a moins de 15 ans : il suffit de penser que, avec une moyenne de plus de 7 enfants par femme, le Mali a le deuxième taux de fertilité le plus élevé au monde. Les maladies endémiques compliquent considérablement la situation : selon le ministère de la Santé chaque année, environ 17% de la population est touchée par le paludisme ; le choléra et la tuberculose ont également une incidence très élevée, Le taux de prévalence du VIH par contre, est relativement faible par rapport au reste de l’Afrique.
L’économie est essentiellement agricole et les récoltes dépendent presque entièrement de l’irrigation et des crues saisonnières du fleuve Niger et de ses affluents. La culture de denrées alimentaires occupe environ 86% de la population active ; les principales cultures sont le mil, le riz, le sorgho, le maïs, les arachides, le coton et la canne à sucre.
La population du nord est principalement orientée vers l’élevage extensif et transhumant de nombreux troupeaux qui peuplent toute la bande du Sahel ; le long du fleuve Niger, la pêche est l’une des activités les plus pratiquées avec l’horticulture : pendant la saison hivernale, la plaine alluviale du delta du Niger (septembre-décembre) devient une véritable ressource d’irrigation. De septembre à février, le Niger constitue un canal de navigation qui coupe le pays du sud-ouest au nord-est, favorisant des échanges commerciaux de toutes sortes. En outre, la pêche n’est pratiquée que sur le fleuve Niger, le Mali étant privé de débouchés et exclusivement destiné à l’autoconsommation de la population
Rappelons que le Mali possède d’énormes gisements de phosphates, d’or, d’uranium, de fer, de bauxite, de manganèse et de sel peu exploités faute d’infrastructures adéquates en plus des diamants qui se trouvent dans le sud-ouest du pays.
Ibrahim Boubacar Keita (IBK) est devenu président du Mali en septembre 2013, IBK entendait restaurer le dialogue et la réconciliation entre les populations et les différentes factions, mais cette stabilité gouvernementale n’a pas été atteinte, comme en témoigne la succession de cinq Premiers ministres au Mali depuis 2013 et les massacres perpétrés contre la population civile.
En outre, de nombreux accords de paix avec différents groupes n’ont abouti à aucun résultat.
IBK a été réélu en 2018.
Depuis 2012, le Mali est confronté à une grave crise sécuritaire due aux conséquences économiques et humanitaires. Depuis 2018, la situation du pays s’est détériorée en raison de la multitude de conflits intercommunautaires, principalement dans le centre du pays, qui ont causé la mort de centaines de civils et de milliers de personnes chassées de chez eux. Ces conflits s’ajoutent aux attaques terroristes fréquentes de groupes djihadistes qui ont fait plusieurs morts, personnes déplacées et immigrés. Le gouvernement ne parvient pas à reprendre le contrôle sur son vaste territoire et à protéger les populations civiles malgré l’aide des différentes forces armées étrangères.
Le conflit interethnique au Mali est basé sur le vol du bétail, les pillages des récoltes, les massacres et les incendies de villages entiers par les Fulani, également appelés Peuhl, contre les dogons et vice versa. Chaque communauté accuse l’autre de ces abus et massacres.  Il s’agit d’une lutte pour les ressources limitées ; les Peuhls sont des éleveurs nomades et les dogons sont sédentaires consacrés à l’agriculture.
La situation humanitaire est précaire :
En 2019, 2,3 millions de personnes ont été prises en charge par les partenaires humanitaires
  • Le taux de malnutrition aiguë reste élevé dans le nord du pays ;
  • Dans le nord, 25 % des centres de santé ne fonctionnent pas ;
  • Ménaka, Kidal et Mopti ont les taux les plus élevés de fermeture scolaire ;
  • Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays ne cesse d’augmenter ;
  • Un civil sur trois est victime d’explosions.

Projets Conclus

Merci pour votre don
Crédit Suisse, Lugano, Svizzera

CHF: BIC: CRESCHZZ80A, No Clearing: 4835, 
IBAN: CH87 0483 5048 37 46 5100 0

EUR: BIC: CRESCHZZ80A, No Clearing: 4835, 
IBAN: CH53 0483 5048 37 46 5200 0
MERCI POUR
VOTRE DON
X
i
Questo sito utilizza cookie, anche di terze parti. Chiudendo questo banner o continuando la navigazione si accetta l'uso dei cookie. Per maggiori informazioni o per disabilitare, in tutto o in parte, i cookie consulta la nostra Informativa cookie
ACCETTA